La libellule déprimée

C’est l’une des libellules les plus communes. Le mâle de couleur bleu ciel défend avec énergie la pièce d’eau souvent de petite taille qui constitue son territoire. De son poste d’observation où il revient se poser, il chasse tous les intrus.

Libellula depressa

La Sylvie

Libellula depressa

Libellula depressa

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Odonate Anisoptère

Famille des Libellulidae

ETYMOLOGIE :

Libellula vient de Libella qui veut dire balance en latin, à cause de la position des ailes au repos, depressa = déprimée.

Elle se nomme en anglais « broad-bodied chaser », le chasseur au corps large.

DESCRIPTION :

Taille : longueur du corps entre 39 et 48 mm, aile postérieure entre 28 et 32 mm, pour une envergure comprise entre 65 et 75 mm.

Forme, allure : c’est une libellule de taille moyenne à l’aspect trapu. Comme tous les Libellulidae, elle a des taches sombres triangulaires à la base de l’aile postérieure, mais elle a aussi une tache sombre allongée à la base de l’aile antérieure. L’abdomen est large et aplati. Il est bleu clair chez le mâle et brun chez la femelle. Les bords des tergites 3 à 9 sont jaunes.

Coloration : mâle bleu clair, femelle brune.

Comportement : les mâles sont particulièrement territoriaux. Ils surveillent leur pièce d’eau à partir d’un perchoir et chassent violemment tous les intrus qui s’en approchent.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Libellula depressa

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Cette espèce est très commune, elle est présente dans toute l’Europe (sauf l’extrême sud de l’Espagne, le nord des Iles Britanniques et la Scandinavie) et jusqu’en Asie.

HABITAT : cette libellule apprécie des pièces d’eau stagnantes de petite taille, même dépourvues de végétation. Elle est ainsi souvent la première à coloniser les pièces d’eau nouvellement installées dans les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les adultes volent de fin avril à mi-septembre.

la libellule déprimée

la libellule déprimée

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes de tous les Odonates chassent à vue d’autres insectes qu’ils capturent en vol. Les larves sont aquatiques et également carnivores.

Reproduction : Après l’accouplement, le mâle reste en contact avec la femelle durant la ponte. Les larves vivent enfouies dans la vase, elles sont trapues avec de courtes pattes. La durée de vie larvaire est de deux années.

REMARQUES :

Libellula depressa

Libellula depressa

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

D’Aguilar, Dommanget & Préchac, 1985. Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. Delachaux & Niestlé.

Dijkstra, 2010. Guide des Libellules de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 2007).

Grand, Boudot & Doucet, 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope Editions.

Livory, Sagot, Scolan & Lacolley, 2012. Atlas des Libellules de la Manche. Manche-Nature.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Réseau des Naturalistes Costarmoricains, 2014. Les libellules des Côtes d’Armor. Ginkgo Editeur.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Les pages entomologiques d’André Lequet

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Libellules de France et d’ailleurs

Mes libellules des Mauges et d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *