Le spectre paisible

Drôle de nom pour cette grande libellule qui arbore une coloration de camouflage. Paisible, il l’est, celui-ci est resté suspendu toute une journée à la poutre de la véranda.

Boyeria irene

Boyeria irene

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Odonate Anisoptère

Famille des Aeschnidae

ETYMOLOGIE :

DESCRIPTION :

Taille : Cette espèce est assez grande : 6,5 à 7 centimètres pour le corps, dont 44 à 48 mm pour l’abdomen seul, et une aile postérieure qui atteint 39 à 45 mm.

Forme, allure : Le genre Boyeria regroupe des espèces à la coloration bariolée, plutôt terne, que l’on peut comparer aux camouflages militaires. Signe de reconnaissance, les segments 9 et 10 de l’abdomen sont entièrement bleu vert, et constituent une tâche claire à l’extrémité de l’abdomen facilement identifiable. Les segments 2 à 9 ont la base verte, puis deviennent brunâtre plus sombres, formant des sortes d’anneaux. Les yeux sont verts. Les ailes portent des pterostigma jaunes (ce sont des cellules colorées à l’avant des ailes). Chez la femelle on peut distinguer les appendices anaux, sur la base desquels on distingue deux formes (morphotypes), l’une avec des appendices longs, l’autre avec des appendices courts.

l’aeschne paisible

Coloration : La coloration générale est gris brunâtre avec des sortes de marbrures verdâtres assez peu contrastées.

Comportement : Les adultes pénètrent fréquemment dans les habitations.

Boyeria irene

DÉTAILS À VÉRIFIER :

boyeria irene08

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Boyeria irene est une espèce commune, répartie dans un large sud-ouest de la France, jusqu’en Bretagne sud, au sud de la Normandie et de l’Ile de France. On la trouve en Espagne, au Portugal, en Italie et en Suisse.

HABITAT : Elle est commune dans la plupart des cours d’eau, ruisseaux, rivières mais avec des berges ombragées. Les larves se développent dans des eaux courantes, claires, limpides, et mettent plusieurs années avant de devenir des imagos.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Elle est observable en vol de fin juin à fin septembre avec un pic d’apparition en juillet-août.

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

D’Aguilar, Dommanget & Préchac, 1985. Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. Delachaux & Niestlé.

Dijkstra, 2010. Guide des Libellules de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 2007).

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Libellules de France et d’ailleurs

Gomphus

Mes libellules des Mauges et d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.