Le ptérophore du liseron

C’est le plus commun des ptérophores, ces petits papillons aux ailes plumeuses et digitées, au repos il a la silhouette d’une croix.

Emmelina monodactyla Linnaeus,1758.

Le ptérophore commun

Emmelina monodactyla

POSITION SYSTÉMATIQUE : Lépidoptère Hétérocère

Famille des Pterophoridae

ETYMOLOGIE : Ptérophore signifie « qui porte des ailes »

Emmelina vient probablement du prénom Emmeline.

monodactyla veut dire « un seul doigt ».

En anglais, il se nomme « common plume », mais aux Etats-Unis où il été introduit, on l’appelle « morning glory plume moth », « morning glory » désignant un liseron du genre Ipomoea, plante-hôte de la chenille.

Le ptérophore du liseron

DESCRIPTION :

Taille : l’aile antérieure mesure entre 9 et 13 mm, pour une envergure comprise entre 18 et 27 mm.

Forme, allure : les ptérophores ont des ailes digitées enroulées sur elles-mêmes au repos, elles sont disposées perpendiculairement à l’abdomen et l’allure générale est celle d’une croix. Chez Emmelina monodactyla, les ailes antérieures se séparent en lobes plumeux sur les 2/3 de leur longueur. Elles sont blanchâtres, grisâtres ou brun-rougeâtre, avec des marques sombres : un petit point à un tiers de l’aile antérieure, un point plus gros avant la séparation en lobes, une strie le long de la costa du lobe costal et trois points sur la marge dorsale du lobe dorsal. Les pattes postérieures présentent 2 grandes épines de taille différente.

Emmelina monodactyla

Coloration : du blanchâtre au brun-rougeâtre.

Comportement : souvent posé sur les clôtures, les murs, entre dans les habitations. Cette espèce vole au crépuscule, elle est attirée par la lumière.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Emmelina monodactyla

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est le plus commun des Pterophoridae, on le trouve partout en France et en Europe. Il est aussi présent aux Etats-Unis.

HABITAT : on le trouve dans des milieux variés où poussent des liserons : bois, bocage, friches, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : toute l’année.

le ptérophore du liseron

BIOLOGIE :

Alimentation : les imagos butinent les fleurs de lierre, de saule, les groseilliers.

Reproduction : il y a deux générations par an qui se recouvrent partiellement. La chenille est généralement verte ou jaune-verdâtre avec une bande dorsale vert sombre et de chaque coté une bande jaunâtre discontinue, parfois avec des marques rougeâtres sur le corps, et toujours avec des touffes de soies fines. Certaines chenilles sont brunes. La chenille se développe sur différentes espèces de liseron : Convolvulus sp. Calystegia sp., Ipomoea sp., elle se nourrit des petites feuilles, des fleurs et des pousses.

chenilles de Emmelina pterodactyla

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Sterling & Parsons, 2012. Field guide to the micro-moths of Great Britain and Ireland. British Wildlife Publishing.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths 

Bristish Lepidoptera

The moths of Hampshire and the Isle of Wight

Northumberland moths

Norfolk moths

Catalogue of the Lepidoptera of Belgium

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

Un commentaire pour “Le ptérophore du liseron

  1. Anne Vandervorst dit :

    Bingo!!!!merci!!!!Je l’ai vu et photographié aujourd’hui.Je n’avais aucune idée de son identification.J’aurais cru à un phasme. Il était tellement immobile.Même en le chatouillant,il ne bougeait pas.Après 3 min,il s’est envolé.Plaqué à la vitre de ma véranda,à Bruxelles.J’ai eu l’idée de revenir en arrière dans vos fiches,me rappelant vaguement’y avoir rencontré.Malheureusement,dans sa position de repos,je n’ai pas vu ses jolies ailes plumeuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *