Le syrphe à ceinture

Spécialistes du vol stationnaire, les syrphes sont aussi des champions dans la ressemblance avec les hyménoptères. Le syrphe a ceinture est l’un des plus répandus.

Episyrphus balteatus

Episyrphus balteatus

Episyrphus balteatus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE : Episyrphus = proche de ma mouche et balteatus = ceinturé

Les anglais l’appellent « marmalade hoverfly » : le syrphe confiture d’orange.

SONY DSC

le syrphe à ceinture

DESCRIPTION :

Taille : Le syrphe ceinturé mesure environ 1 cm

Forme, allure : ce syrphe est reconnaissable à la couleur de son abdomen rayé jaune et noir, avec un dessin caractéristique alternant des bandes noires assez larges et d’autres plus étroites. On peut compter 4 bandes larges et 2 étroites. Le thorax est brun-jaunâtre rayé longitudinalement de bandes sombres. Vu de profil, l’abdomen est très aplati.

Coloration : noir et jaune

Comportement : Les Syrphidés sont remarquables par leurs capacités de vol rapide ou stationnaire. Ils arborent généralement des colorations jaunes et noires qui rappellent des hyménoptères, guêpes ou abeilles, munis d’aiguillons venimeux, ce qui doit dissuader bon nombre de prédateurs. Ce sont pourtant des mouches bien inoffensives.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Episyrphus balteatus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : répandu dans toute l’Europe.

HABITAT : il est très commun dans les jardins où il visite les massifs de fleurs.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Le syrphe ceinturé se rencontre de mars à novembre.

Episyrphus balteatus

Episyrphus balteatus

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes consomment le nectar des fleurs, les larves ont des régimes variés, un certain nombre d’entre elles se nourrissent de pucerons

Reproduction : Les sexes sont reconnaissables à l’écartement des yeux, ils sont contigus chez le mâle et très écartés chez la femelle, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Les femelles pondent leurs œufs un à un dans des colonies de pucerons. Chaque femelle peut en pondre un millier.

REMARQUES : Les larves sont apodes et acéphales, elles ressemblent à de petites sangsues qui rampent sur les plantes à la recherche de pucerons. Les larves des syrphes ceinturés, à la différence de celles d’autres espèces, sont très éclectiques dans leur régime alimentaire car elles consomment de nombreuses espèces de pucerons sans discernement. On a pu estimer à 1200 le nombre de pucerons dévorés par une larve durant ses trois stades larvaires successifs. Pour cela, elles les recherchent sur les végétaux par des mouvements latéraux de va et vient, puis elles injectent leur salive dans leur proie dont elles aspirent ensuite le contenu liquide, ne laissant que la cuticule vidée.

Ce régime aphidiphage des larves et le rôle pollinisateur des adultes font des syrphes des alliés du jardinier qu’il convient de protéger.

SONY DSC

le syrphe à ceinture

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Haupt, 2000

McGavin, 2012

Reichhoff-Riehm, 1983

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

Hoverflies recording scheme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *