Le charançon du fraisier

C’est un charançon très éclectique en ce qui concerne son alimentation et celle de ses larves. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir des fraisiers pour le rencontrer dans son jardin.

Otiorhynchus ovatus Linnaeus,1758

Le charançon de la racine de fraisier

Otiorhynchus ovalus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Coléoptère

Famille des Curculionidae

ETYMOLOGIE :

Otiorhnychus signifie « avec un rostre en forme d’oreille »

ovatus veut dire « ovale »

En anglais, il s’appelle « strawberry root weevil », le charançon des racines de fraisier.

le charançon du fraisier

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 5 et 6 mm

Forme, allure : c’est un charançon au rostre large et court et au corps ovale. Sa coloration varie entre le gris, le brun foncé, le brun rougeâtre et le noir. Les élytres sont marqués de rangées longitudinales de ponctuations. Ils sont fusionnés ce qui rend le vol impossible. Le pronotum a un aspect chagriné. Les antennes se terminent par une massue bicolore. Les pattes sont brun rougeâtre et les fémurs antérieurs présentent une dent.

Coloration : gris foncé, brun foncé ou noir.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Otiorhynchus ovatus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce présente dans la majeure partie de l’Europe. Elle est aussi présente sur le continent américain en Argentine, aux Etats-Unis (depuis1852) et au Canada.

HABITAT :

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mars à octobre.

Otiorhynchus ovatus

BIOLOGIE :

Alimentation : alors que les adultes mangent les feuilles, les larves s’attaquent aux racines des plantes-hôtes, qui sont loin de se limiter au fraisier : épicéa, thuya, if, ronce, noisetier, etc.. Les adultes sont responsables d’encoches en U sur les bords des feuilles.

Reproduction : on observe peu ou pas de mâles dans les populations de cette espèce qui est principalement parthénogénétique dans sa reproduction. Les femelles pondent leurs œufs de façon éparse aux alentours des plantes hôtes. Les larves apodes sont blanc crème avec la tête rousse, elles sont courbées et atteignent 7 à 8 mm. Elles hivernent dans le sol et se nymphosent à faible profondeur au printemps. Les adultes émergent en fin de printemps et début d’été. Une partie des adultes hiverne également sous des pierres, ou protégés sous des écorces.

le charançon de la racine du fraisier

REMARQUES :

RÉFÉRENCES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES COLÉOPTÈRES :

The Coleopterist (UK – en anglais)

UK Beetle Recording (UK – en anglais)

Kerbtier – Beetle fauna of Germany (Allemagne – en anglais)

WCG website of the Watford Coleoptera group (IK – en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.