Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

L’ophone à pattes rousses

C’est un carabidé très commun, noir avec les pattes rousses, présent dans bien des jardins. S’il ne néglige pas les escargots, les limaces ou les vers de terre, il est aussi réputé pour s’attaquer aux fraises et à la base de diverses plantes.

Pseudoophonus rufipes De Geer,1774

L’harpale des fraisiers

L’ophone à pattes rousses, commun dans les jardins. Caen (14) 14/09/2013.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Coléoptère

Famille des Carabidae, sous-famille des Harpalinae.

ETYMOLOGIE :

Ophonus, (qui est aussi un nom de genre de Carabidae) est un personnage de la mythologie grecque), Pseudoophonus signifie « qui ressemble à un Ophonus ». Le nom d’espèce « rufipes » veut dire « à pattes rousses ».

Les pattes rousses de Peudoophonus rufipes sont caractéristiques.

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 11 et 17 mm.

Forme, allure : c’est un profil classique de Carabidae : noir brillant avec des élytres striés. Ici, la couleur varie entre brun très sombre et noir. Alors que la tête est lisse et brillante, le pronotum et les élytres sont recouverts d’une pubescence jaunâtre qui donne à la coloration des effets changeants. Le pronotum est nettement ponctué à la base, et les élytres plus finement. Les pattes et les antennes sont rousses, la pubescence de ces dernières débute au 3ème article. A noter car ce n’est pas une constante chez les Carabidae, cette espèce possède des ailes adaptées au vol (voir « REMARQUES »).

En vue ventrale, les pattes rousses sont encore plus remarquables.

Coloration : noir à brun sombre.

Comportement : c’est une espèce principalement nocturne, on la trouve la journée sous des pierres ou des mottes de terre.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Pseudoophonus rufipes. St Georges de Rouelley (50) 3/08/2017.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce est présente dans l’Europe entière. Elle est très commune.

HABITAT : c’est une espèce qui apprécie les milieux ouverts : friches, parcs et jardins, zones cultivées, lisières de bois.

PÉRIODE D’OBSERVATION : on le rencontre toute l’année.

Pseudoophonus rufipes. St Georges de Rouelley (50) 03/08/2017.

BIOLOGIE :

Alimentation : sur le plan alimentaire ce carabidé est assez éclectique, l’adulte se nourrit de divers invertébrés (escargots et limaces, vers de terre, etc.) ce qui est commun chez cette famille, mais, ce qui l’est moins, il consomme aussi des plantes. Il est redouté pour sa consommation des akènes du fraisier, et s’il dédaigne la chair de la fraise, il est responsable de sa décomposition. Il dévore aussi des semences d’arbres forestiers comme le pin, l’épicéa ou le mélèze, ainsi que les grains de blé. A son crédit, et surtout à celui de son stade larvaire, c’est un consommateur de la base des plantes adventices.

Pseudoophonus rufipes.

Reproduction : le cycle de ce carabidé s’étale sur deux années. L’adulte hiverne et réapparait au printemps pour s’accoupler et pondre. La larve se développe pendant l’année et hiverne à son tour dans le sol. Elle retrouve son activité au printemps pour se nymphoser également dans le sol. Les adultes apparaissent dans l’année.

REMARQUES : on a signalé un évènement curieux au sujet de cette espèce en juillet 2015, un village de l’Essonne, Saint Maurice Montcouronne, a été envahi par l’arrivée d’un vol de milliers d’individus.

 

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé. (sous le nom Ophonus rufipes).

RÉFÉRENCES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Albouy et Richard, 2017. Coléoptères d’Europe. Delachaux et Niestlé.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave. (sous le nom Harpalus pubescens = Harpalus ruficornis).

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Kerbtier – Beetle fauna of Germany (Allemagne – en anglais)

Käfer Europas (Allemagne – en allemand)

Entomologie en Alsace. Claude Schott. (France – en français)

Koleopterologie (Allemagne – en allemand)

RÉFÉRENCE SUR CETTE ESPÈCE :

L’harpale du fraisier, terreur occasionnelle. A.Fraval,2015. Insectes n°179.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “L’ophone à pattes rousses”