La malachie rouge

C’est un petit coléoptère que l’on trouve sur les ombelles d’apiacées en milieu humide. Sa couleur rouge vif ne le fait pas passer inaperçu, et il est souvent en grand nombre, les mâles émettant des phéromones qui attirent les femelles en période de reproduction.

 

Anthocomus rufus Herbst,1784

Anthocomus rufus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Coléoptère

Famille des Malachiidae

ETYMOLOGIE :

Anthocomus vient du grec et signifie chevelure des fleurs, rufus veut dire roux.

L’espèce n’a pas de nom vernaculaire en anglais.

la malachie rouge

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 4 et 5 mm

Forme, allure : c’est un très petit coléoptère aux élytres rouge-vif et non pubescents. Ces élytres ne recouvrent pas la totalité du corps et l’extrémité de l’abdomen dépasse. La tête est noire, comme les antennes et les pattes. Les antennes sont insérées en avant des yeux. Le pronotum est noir à reflets verts et il est bordé latéralement de rouge. Il est plus large que long. Le scutellum est noir. Les tibias postérieurs sont arqués.

Coloration : rouge et noir à reflets verdâtres

Comportement : c’est une espèce que l’on trouve fréquemment sur les ombelles d’apiacées.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Anthocomus rufus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce vit en Europe centrale et méridionale. Sa limite au nord est au niveau du Royaume Uni, du Danemark, du sud de la Suède. Vers l’est, son aire de répartition atteint l’Asie mineure, l’Iran, la Syrie.

HABITAT : c’est une espèce de zones humides, berges de rivières, chenaux de marais, elle n’est jamais très éloignée de roselières ou de phragmitaies.

Anthocomus rufus

PÉRIODE D’OBSERVATION : de juillet à octobre

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent les fleurs et se nourrissent de pollen et de nectar. Ils consomment aussi de petits insectes morts. Les larves se nourrissent d’autres insectes.

Reproduction : les mâles attirent les femelles par des phéromones. La période de ponte se situe en septembre. Les larves se développent dans des fentes d’écorce ou du bois mort. Elles hivernent dans des tiges creuses.

la malachie rouge

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999). (sous le nom Anthocomus coccineum).

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

RÉFÉRENCES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Mériguet & Zagatti, 2016. Coléoptères du Bassin Parisien – Guide d’identification de terrain. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Käfer Europas (Allemagne – en allemand)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.