Fiches liées au terme mouche


La chloromye agréable

Une petite mouche vert métallique que l’on rencontre fréquemment dans les jardins. Ses larves participent à la dégradation des végétaux en humus.

Chloromyia formosa

La stratyiome de Scopoli

Chmloropmyia formosa

Chmloropmyia formosa

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Stratiomyidae

ETYMOLOGIE : Chloromyia = mouche verte et formosa = belle.

DESCRIPTION :

Taille : 7 à 10 mm

Forme, allure : La chloromye est une mouche au corps métallique, vert ou bleu. La tête est noire, hémisphérique et massive, les ailes sont enfumées. L’abdomen est assez large. Cette espèce est relativement velue, y compris les yeux, mais la pubescence ne masque pas l’aspect métallique. La femelle est entièrement vert métallique avec des reflets bleus ou pourpre, les mâles ont l’abdomen doré, ils ont en outre les yeux contigus, ils sont écartés chez la femelle.

Coloration : bleu ou vert métallique.

Comportement : apprécie les endroits ensoleillés. Au repos, les ailes sont étendues le long du corps.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Chloromya formosa

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce commune, partout en France et en Europe.

HABITAT : prairies, lisières de bois, lieux humides de préférence, également dans les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

Chloromye agréable

Chloromye agréable

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent, les fleurs d’ombellifères en particulier. Les larves se développent au sol, et se nourrissent de végétaux en décomposition, on peut les trouver en abondance dans le compost.

Reproduction

REMARQUES :

Chloromyia formosa

Chloromyia formosa

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes   

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Diptera Info  

La rhingie long-nez

Tous les syrphidés ne ressemblent pas à des hyménoptères, la rhingie est par contre reconnaissable à cette sorte de rostre qui prolonge sa face.

Rhingia campestris

Rhingia campestris

Rhingia campestris

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE : Rhingia vient de bec en grec, campestris = des champs

La rhingie long-nez doit son nom à son front allongé en forme de rostre entre les yeux, ce « rostre » cache en fait la trompe de la rhingie

DESCRIPTION :

Taille : La rhingie long-nez mesure de 8 à 11 mm.

Forme, allure : Le thorax est recouvert de poils courts, le mesonotum (partie dorsale du thorax) est brun métallique avec 4 bandes longitudinales noires. Le scutellum (sorte d’écusson à l’arrière du pronotum est de couleur rougeâtre translucide. Les yeux sont nus (non velus), jointifs chez les mâles, séparés chez les femelles. Les pattes sont brunes avec les bases des fémurs et des tarses noires, et avec un anneau noir sur les tibias. Les ailes au repos sont allongées à plat vers l’arrière et se recouvrent.

Coloration : L’abdomen de forme presque sphérique est jaune-brun avec une ligne brun sombre sur chaque coté (ce qui la distingue de l’espèce R.rostrata, très voisine) et une ligne noire au milieu. La tête est noire, comme le thorax. Les pattes sont brunes avec les bases des fémurs et des tarses noires, et avec un anneau noir sur les tibias. Les ailes sont roussâtres.

Comportement : Les adultes se posent sur les fleurs où ils se nourrissent de nectar. Les larves se trouvent sur les bouses de vaches.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Rhingia campestris

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : La rhingie long-nez est une espèce commune dans toute l’Europe et que l’on rencontre dans la France entière.

HABITAT : Cette espèce de syrphidé fréquente les prairies, les lisières de bois, les zones de bocage.

PÉRIODE D’OBSERVATION : avril à novembre

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de nectar.

Reproduction : Les femelles pondent en effet leurs œufs sur des brins d’herbe au-dessus des bouses de vache.

REMARQUES :

la rhingie long-nez

la rhingie long-nez

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1937. Faune de France, tome VIII.

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Bellmann, 2006

McGavin, 2012

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

Bee-Flies (Bombylidae) of Northwest Europe

Hoverflies recording scheme

La mouche à damier

C’est une des mouches commensales de l’homme. C’est surtout la viande qui l’intéresse. Les motifs en damier sur son abdomen permettent de la reconnaitre.

Sarcophaga cf. carnaria

Mouche grise de la viande

Sarcophaga cf. carnaria

Sarcophaga cf. carnaria

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Sarcophagidae

ETYMOLOGIE : Sarcophaga = qui mange de la chair et carnaria = carnivore.

la mouche à damier

la mouche à damier

DESCRIPTION :

Taille : La mouche à damier est une assez grosse mouche, elle mesure entre 13 et 16 mm.

Forme, allure : On la reconnait à son thorax gris avec des bandes longitudinales noires, et son abdomen à damier gris et noir d’où elle tire son nom. Ses yeux rouges sont aussi remarquables. Enfin, comparée à d’autres mouches, elle possède de longues pattes, terminées par des pelotes adhésives bien visibles. Les pattes et le corps sont recouverts de soies noires.

Coloration : corps noir, avec des taches claires en damier sur l’abdomen.

Comportement : La mouche à damier est très commune partout, parfois en nombre assez important pour être une gène lors des repas en plein air. Elle se plait en effet au voisinage de l’homme.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT :

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes volent d’avril à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : Elles recherchent les fleurs odorantes, mais surtout la viande et le poisson, les restes de nourriture, également les excréments. Cette mouche est ainsi vectrice d’agents pathogènes et corrompt les aliments qu’elle contacte.

Reproduction : La femelle pond ses œufs à l’entrée des galeries de vers de terre, les larves se développent en effet en pénétrant dans les lombrics. Ces larves apodes, blanchâtres et connues sous le nom d’asticots se développent aussi dans la viande. Il y a plusieurs générations par an.

 

Sarcophaga cf. carnaria

Sarcophaga cf. carnaria

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Diptera Info

La mouche de midi

C’est une jolie mouche noire et or. Elle passe une bonne part de son temps posée au soleil sur un tronc d’arbre ou un piquet de cloture.

Mesembrina meridiana

Mesembrina meridiana

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Muscidae

ETYMOLOGIE : Mesembrina = du milieu du jour et meridiana = de midi.

DESCRIPTION :

Taille : un peu plus du centimètre.

Forme, allure : La mouche de midi est une mouche assez jolie et assez facile à reconnaître : le corps est noir brillant, et la base des ailes orangée. Le mâle a les cotés de la tête également jaune-orange.

Coloration : noir et jaune doré.

Comportement : La mouche de midi doit son nom a un aspect de son comportement, elle s’observe très souvent en plein soleil, sur diverses plantes, surtout les ombellifères, sur le sol ou sur le coté exposé des troncs d’arbres.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Mesembrina meridiana

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : La mouche de midi est très fréquente en Europe; souvent abondante.

HABITAT : Les mouches de midi sont présentes dans les prairies, le bocage où l’on pratique l’élevage bovin.

PÉRIODE D’OBSERVATION : L’adulte vole de mars à septembre voire octobre.

mouche de midi

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes sont floricoles, ils se nourrissent de nectar, de pollen et se rencontrent donc très souvent sur les plantes à fleurs. Le contraste de ce régime est important avec celui des larves qui se développent dans les bouses de vache. Elles ne sont pourtant pas coprophages, mais carnivores, et recherchent justement les larves coprophages d’autres espèces d’insectes dont est constitué leur régime alimentaire.

Reproduction : Assez curieusement, la femelle ne pond que quelques œufs au cours de sa vie, et dépose chacun dans une bouse différente, évitant ainsi une concurrence alimentaire qui pourrait être fatale à sa descendance.

REMARQUES :

Mesembrina meridiana

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Diptera Info

La volucelle zonée

Bien que de taille impressionnante et malgré sa ressemblance avec un frelon, la volucelle zonée est une mouche parfaitement inoffensive.

Volucella zonaria

Volucella zonaria sur le buddleia

Volucella zonaria sur le buddleia

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE : Volucella = qui vole légèrement et rapidement et zonaria = avec des ceintures

En anglais son nom est « Hornet Hover-fly » , le syrphe -frelon.

DESCRIPTION :

Taille : C’est l’une des plus grande représentante de cette famille en France. elle mesure près de 2,5 cm.

Forme, allure : C’est une mouche assez trapue, avec une tête large, des yeux brun-rouge de grande taille, et une bande jaune vif entre ces yeux. Les antennes sont courtes, plumeuses, très différentes des antennes des guêpes et des frelons auxquels la volucelle fait immédiatement penser. La ressemblance avec un frelon n’est pas fortuite, la volucelle vit en effet au dépends de cet hyménoptère. On la trouvera fréquente là où l’on trouve des nids de frelons.

Coloration : Le thorax est brun-rouge, l’abdomen jaune avec des bandes noires et les pattes brunâtres.

Comportement : Les volucelles zonées, comme toutes les mouches de la famille des Syrphidés sont capables de vol stationnaire et de vol très rapide.

la volucelle zonée sur un aster

la volucelle zonée sur un aster

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Volucella zonaria

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT : Les lisières de forêt, les parcs et les jardins sont des milieux où l’on peut la trouver.

PÉRIODE D’OBSERVATION : On la rencontre de mai à septembre

Volucella zonaria

Volucella zonaria

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction : La femelle pond ses œufs dans les nids de frelons. les larves sont des ectoparasites des larves de frelon. Lorsqu’elle quitte la cellule où elle s’est développée, la larve de volucelle se nourrit de frelons morts dans le nid et d’autres débris. Elle se nymphose en hiver après s’être enfouie dans le sol.

Volucella zonaria

REMARQUES : La ressemblance avec le frelon lui sert sans doute à pénétrer dans les nids de ces derniers pour pondre, mais c’est aussi une protection contre beaucoup de prédateurs qui ont appris à leur dépends à associer les bandes jaunes et noires à des insectes munis d’aiguillon et de venin. C’est ce que l’on appelle le mimétisme batésien qui consiste pour des espèces inoffensives à arborer les colorations voyantes d’espèces dangereuses.

RÉFÉRENCES :

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

Le syrphe des corolles

Un très joli syrphe habitué de nos jardins. Le motif de son abdomen permet de le reconnaitre. Ses larves mangent les pucerons.

Eupeodes corollae (ex Metasyrphus corollae)

Eupeodes corollae

Eupeodes corollae

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE :

DESCRIPTION :

Taille : Il mesure entre 1 cm et 1,5 cm

Forme, allure

le syrphe des corolles

le syrphe des corolles

Coloration : Le syrphe des corolles est donc une mouche jaune et noire, l’abdomen noir présente 3 paires de lunules d’un jaune plus ou moins vif, plus larges chez le mâle que chez la femelle.

Comportement : il possède de remarquables capacités de vol. On peut le voir pratiquer le vol stationnaire au dessus des fleurs, mais aussi le vol rapide. L’espèce est considérée comme migratrice, les populations britanniques sont par exemple renforcées par des individus venant du continent.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Il est présent dans une grande partie de l’Europe, de l’Afrique du Nord et de l’Asie, et souvent très commun.

HABITAT : partout où il y a des fleurs : prairies, bords de chemins, lisières de forêts, parcs, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : L’adulte se rencontre de mars à novembre

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes recherchent les fleurs car ils se nourrissent de pollen et de nectar. Les larves des syrphidés ont des régimes alimentaires et des modes de vie variés. Celles du syrphe des corolles (syrphinés) sont prédatrices de pucerons. Elles ont l’aspect de petites sangsues qui rampent sur les végétaux à la recherche de leurs proies.

Reproduction : Les femelles pondent préférentiellement leurs œufs à proximité de colonies de pucerons. La voracité des larves a été estimée autour d’une centaine par jour, ce qui en fait un allié efficace pour le jardinier, même si l’apparition tardive des larves sur les plantes à pucerons ne permet pas leur éradication.  Les larves se nymphosent au bout de 8 à 14 jours, ce qui permet la succession de plusieurs générations par an.

Eupeodes corollae

Eupeodes corollae

REMARQUES : La plupart des syrphidés arborent une coloration noir et jaune qui leur fait ressembler à des insectes dangereux (guêpes et abeilles), alors qu’ils sont inoffensifs. Cette coloration mimétique leur apporte une relative protection contre certains prédateurs (mimétisme batésien).

RÉFÉRENCES :

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave. (sous le nom Syrphus corollae)

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info