Fiches liées au terme longicorne


Le lepture à deux fascies

Un longicorne assez commun sur les fleurs d’Apiacées. Attention, plusieurs espèces se ressemblent chez les genres Stenurella, Stictoleptura et Strangalia.

Stenurella bifasciata  (ex- Strangalia bifasciata)

Le lepture à suture noire

la lepture à suture noire

la lepture à suture noire

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE :

Strangalia = étranglée (concerne le cou) et bifasciata = à deux bandes.

Stenurella bifasciata

Stenurella bifasciata

DESCRIPTION :

Taille : entre 6 et 10 mm

Forme, allure : ce longicorne a une forme allongée. La tête et le thorax sont noirs, comme les pattes et les antennes. Les élytres sont brun-rouge, avec la ligne de suture nettement marquée de noir ; l’extrémité des élytres est également noire. Chez la femelle, il y a une large tache transversale (fascié) noire au milieu des élytres.

Coloration : noir et brun rouge

Comportement : s’observe le plus souvent sur des fleurs d’ombellifères ou de composées.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est commune et présente dans la France entière

HABITAT : lisières de bois, prairies, s’observe généralement sur les fleurs de diverses plantes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

la lepture à 2 fascies

la lepture à 2 fascies

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent sur les fleurs, de nectar et de pollen. Les larves se développent dans le bois de feuillus ou de conifères.

Reproduction

Stenurella bifasciata

Stenurella bifasciata

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (sous le nom Strangalia bifasciata).

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany 

Le sténoptère roux

C’est un longicorne commun sur les ombelles d’apiacées ou les fleurs d’asters et de marguerites. Ses élytres roux, effilés, son abdomen rayé et ses longues antennes sont reconnaissables.

Stenopterus rufus

Stenopterus rufus

Stenopterus rufus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : Stenopterus = aux ailes étroites, et rufus = roux

DESCRIPTION :

Taille : entre 7 et 16 mm

Forme, allure : Allure assez allongée. Les antennes sont longues avec des articles bien visibles ; les deux premiers sont noirs, les suivants plus clairs, avec l’apex noir pour les 3 suivants. La tête et le pronotum sont noirs, les élytres roux, mais noirs à leur extrémité, ils sont effilés, non jointifs et ne recouvrent pas totalement l’abdomen. Les pattes sont rousses, avec les fémurs élargis. L’abdomen est noir avec des rayures blanches.

Coloration : roux et noir.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent dans toute l’Europe centrale et méridionale.  Il est absent de la Scandinavie et des Iles Britanniques. Commun partout en France.

HABITAT : lisières de zones boisées, bords de chemins, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

le sténoptère roux

le sténoptère roux

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent, essentiellement les fleurs d’Apiacées et les marguerites. Les larves vivent dans les branches mortes de plusieurs espèces d’arbres feuillus.

Reproduction :

REMARQUES :

Stenopterus rufus

Stenopterus rufus

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Le Guellec, 2008. Insectes de Méditerranée. Arachnides et Myriapodes. Edisud.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany  

 

Le lepture rouge

Il existe plusieurs espèces de Cerambycidae que l’on a baptisées « leptures ». Leur nom de genre a fait l’objet de plusieurs révisions : Leptura, Corymbia, Stictoleptura etc. Celle-ci est rouge et commune.

Stictoleptura rubra  (ex Leptura rubra, ex-Corymbia rubra)

Stictoleptura rubra

Stictoleptura rubra

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : Leptura = queue mince, et rubra = rouge.

DESCRIPTION :

Taille : 10 à 20 mm

Forme, allure : longicorne aux élytres rouges (femelles) ou brun-rouge (mâles). La tête et les antennes sont noires. Le pronotum est rouge chez la femelle et noir chez le mâle. Les femelles sont en outre nettement plus grandes que les mâles, leurs antennes atteignent la moitié du corps, elles sont aussi longues que le corps chez les mâles. Chez les deux sexes, les fémurs sont noirs, et les tibias et les tarses roux.

Coloration : rouge et noir.

Comportement : actif dans la journée, et vole avec aisance.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Stictoleptura rubra

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce commune. Présent dans toute l’Europe.

HABITAT : lisières de bois, clairières.  Associés aux conifères.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

le lepture rouge

le lepture rouge

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se rencontrent sur les fleurs. Les larves vivent dans le bois de conifère  en décomposition.

Reproduction : les femelles pondent dans les vieilles souches de conifères. Les larves creusent des galeries dans le bois mort (conifères), leur développement dure 2 ans.

REMARQUES :

Stictoleptura rubra

Stictoleptura rubra

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999). (Leptura rubra)

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis. (Leptura rubra)

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion. (Corymbia rubra)

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé. (Leptura rubra)

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé. (Leptura rubra)

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé. (Anoplodera rubra)

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse. (Leptura rubra)

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar). (Corymbia rubra)

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (Leptura rubra)

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany 

 

Le lepture à 4 bandes

Cette lepture se reconnaît aisément à la coloration de ses élytres, jaunes avec 4 larges bandes noires. Pas vraiment rare, cette espèce est toutefois assez localisée.

Leptura quadrifasciata

Leptura quadrifasciata

Leptura quadrifasciata

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : Leptura = à extrémité mince et quadrifasciata = à 4 bandes.

DESCRIPTION :

Taille : entre 10 et 20 mm

Forme, allure : longicorne élancé aux élytres brun-clair à jaune paille, avec 4 larges bandes noires transversales. La première bande est parfois interrompue, la dernière se situe à l’extrémité des élytres. La tête et le pronotum sont noirs, comme les antennes et les pattes. Comme chez tous les Cerambycidae, les antennes sont longues, chez le mâle elles ont à peu près la longueur du corps, chez la femelle elles atteignent la moitié des élytres. Les femelles ont la partie avant des tibias 1 jaune, ainsi que les derniers articles antennaires.

Coloration : brun jaune et noir.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Leptura quadrifasciata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Toute l’Europe jusqu’au Caucase et à la Turquie.

HABITAT : zones boisées plus ou moins humides

PÉRIODE D’OBSERVATION : de juin à août, parfois plus précoce.

lepture à 4 bandes

lepture à 4 bandes

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes sont polyphages : aulne, hêtre, saule, peuplier, chêne, bouleau, et de nombreuses fleurs.

Reproduction : les larves creusent des galeries dans le bois mort pourrissant d’aulne et de peuplier en particulier.

REMARQUES :

Leptura quadrifasciata

Leptura quadrifasciata

RÉFÉRENCES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (sous le nom Strangalia quadrifasciata).

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Nature Spot Leicestershire and Rutland

The Coleopterist

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany 

Watford Coleoptera Group

Le lepture tacheté

Un longicorne élégant, visible sur les ombellifères, et reconnaissable à ses élytres jaunes tachetés de noir.

Rutpela maculata (ex- Strangalia maculata)(ex- Leptura maculata).

Rutpela maculata

Rutpela maculata

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : maculata = tacheté.

Rutpela maculata

Rutpela maculata

DESCRIPTION :

Taille : 14 à 20 mm

Forme, allure : ce cérambycidé est très allongé, qui se rétrécit vers l’arrière. La tête et le thorax sont noirs. Les élytres sont brun clair avec plusieurs lignes de tâches noires : la première est constituée d’une petite tâche ronde et centrale (la moitié sur chaque élytre) souvent entourée de 2 tâches plus petites, puis deux tâches au même niveau sur le bord externe des élytres, puis une large bande noire transversale, et l’extrémité des élytres, noire également. Les antennes sont noires avec des lignes jaunes à la suture des articles. La base des pattes est jaune, mais elles sont noires à partir des tibias. La taille et le nombre des tâches noires peut varier d’un individu à l’autre.

Coloration : brun jaune et noir.

Comportement : s’observe sur les fleurs d’ombellifères.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

 Rutpela maculata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce très commune. Partout en Europe.

HABITAT : lisières de bois, clairières,

PÉRIODE D’OBSERVATION : de juin à août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves vivent dans le bois plus ou moins en décomposition. Les adultes butinent surtout les ombellifères.

Reproduction

REMARQUES :

la lepture tachetée

la lepture tachetée

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999). (sous le nom Strangalia maculata).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis. (sous le nom Strangalia maculata).

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse. (sous le nom Strangalia maculata)

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar). (sous le nom Leptura maculata).

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (sous le nom Strangalia maculata).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany

Entomologie en Alsace

 

 

Le petit capricorne

Au premier coup d’œil on reconnait un longicorne à ses antennes. Plus longues chez le mâle, elle ont ici la longueur du corps.

Cerambyx scopolii

Cerambyx scopolii

Cerambyx scopolii

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : Cerambyx = nom grec d’un insecte à grandes cornes et scopollii = dédié à Scopoli, naturaliste italien

DESCRIPTION :

Taille : Le petit capricorne mesure de 17 à 28 mm.

Forme, allure : A la différence du grand capricorne, le pronotum et les élytres sont granuleux d’aspect. Les bords des élytres sont pratiquement parallèles, et leur extrémité est arrondie. Le caractère principal des cérambycidés est la longueur de leurs antennes. Chez le petit capricorne, elles mesurent environ deux fois la longueur du corps chez le mâle, et un peu moins que cette longueur chez la femelle.

Coloration : Le corps est noir

Comportement : Le petit capricorne est une espèce diurne. L’insecte apprécie particulièrement les endroits exposés en plein soleil.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

cerambyx scopoli06

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le petit capricorne est une espèce que l’on rencontre dans la France entière et dans toute l’Europe.

HABITAT : forêt de feuillus, forêts mixtes, vieux vergers

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes sont visibles dès avril et jusqu’au mois d’août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes sont généralement observés en train de se nourrir de pollen ou de nectar sur des fleurs d’ombellifères, de sureau ou d’aubépine. Ils sucent aussi la sève des feuillus.

Reproduction : Les femelles pondent leurs œufs dans l’écorce de différentes espèces : chênes, ormes, hêtres, charmes, bouleaux, noisetiers mais aussi les vieux arbres fruitiers. Les larves xylophages se développent d’abord sous l’écorce, puis elles creusent une galerie de 8 à 10 cm, en angle droit avec un berceau nymphal qui est fermé par un opercule calcaire. La vie larvaire dure 2 ans avant la nymphose.

REMARQUES : Les dégâts provoqués par cette espèce sont négligeables.

 

le petit capricorne

le petit capricorne

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1932, Faune de France tome VI, Coléoptères 2ème partie

Reichholf-Riehm, 1983

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany

Le chlorophore à 3 bandes

C’est un petit longicorne méridional. Les trois bandes noires de ses élytres gris constituent son signe distinctif.

Le chlorophore à 3 bandes

Chlorophorus trifasciatus

Chlorophorus trifasciatus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambycidae

ETYMOLOGIE : trifasciatus = à trois bandes

DESCRIPTION :

Taille : 6 à 9 mm jusqu’à 11 mm

Forme, allure : coléoptère noir et gris, avec le corps allongé et plutôt aplati. Les antennes atteignent le milieu du corps chez les mâles, mais sont plus courtes chez les femelles.

Coloration : On le reconnaitra à son thorax brun-roux, sa tête noire et ses élytres noirs avec 3 bandes grises recouverts de pilosité. Les pattes sont brunes, ainsi que les antennes

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

chlorophore à 3 bandes

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Les chlorophores à 3 bandes se rencontrent en Europe méridionale (Sud et Sud-est) et en Afrique du Nord. En France, la limite nord se situe au niveau de la Loire.

HABITAT :

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes sont visibles de mai à juillet

BIOLOGIE :

Alimentation : Ils fréquentent surtout les ombellifères, les chardons et les orpins

Reproduction : Les larves vivent deux ans au niveau des racines de diverses fabacées (Ononis, Dorycnium)

REMARQUES : la coloration est variable.

RÉFÉRENCES :

Leraut, 2008

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Cerambycidae