La mouche charbonneuse

Elle ressemble à la mouche domestique dont elle est une proche cousine, mais elle est beaucoup plus redoutable en s’attaquant au bétail et parfois à l’homme auxquels elle occasionne des piqures douloureuses et qui peuvent transmettre des pathogènes.

Stomoxys calcitrans

La mouche des étables

Stomoxys calcitrans

Stomoxys calcitrans

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère Brachycère

Famille des Muscidae

ETYMOLOGIE : Stomoxys signifie « bouche pointue » et calcitrans = récalcitrant

Son nom anglais est « stable fly », la mouche des étables.

DESCRIPTION :

Taille : cette mouche mesure entre 6 et 8 mm

Forme, allure : c’est une mouche grise qui ressemble à la mouche domestique. Mais elle dispose d’une trompe bien visible, pointée vers l’avant et particulièrement robuste. C’est un organe vulnérant qui lui permet de sucer le sang du bétail. Les yeux sont grands et brun rouge. Le thorax est gris, rayé de noir. L’abdomen est gris avec des taches noires.

Coloration : gris avec des taches noires

Comportement : au repos elle se tient avec les ailes un peu écartées, et le plus souvent la tête en haut, au contraire de la mouche domestique qui se tient la tête en bas.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Stomoxys calcitrans

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce commune en zone d’élevage de chevaux ou de bovins. Elle est présente dans le monde entier.

HABITAT : cette espèce est inféodée à la présence de bétail dont elle suce le sang.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril à octobre.

la mouche charbonneuse

la mouche charbonneuse

BIOLOGIE :

Alimentation : Contrairement à d’autres espèces de diptères hématophages, les deux sexes se nourrissent de sang.

Reproduction : la femelle pond dans le fumier ou dans les excréments de chevaux ou de bovins où la larve se développe.

REMARQUES : cette espèce peut piquer (mordre serait plus approprié) l’homme et occasionner une forte douleur. De plus, elle est porteuse de nombreux agents pathogènes qu’elle peut ainsi transmettre : bactéries, protistes, nématodes. Elle est réputée transmettre la maladie du charbon (anthrax pour les anglo-saxons) qui est due à une bactérie Bacillus anthracis. Ce bacille constitue une arme bactériologique développée durant la seconde guerre mondiale mais qui a fait plus récemment parler d’elle lors d’attentats terroristes.

Stomoxys calcitrans

Stomoxys calcitrans

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Diptera Info

Un commentaire pour “La mouche charbonneuse

  1. heim dit :

    bonjour,
    Mon annesse est victime de cette mouche charbonneuse qui lui procure des plaies aux jambes.
    Pouvez vous me dire s’il existe un répulsif ciblé pour ce genre de mouche?
    Ayant tout utilisé, le Butox, l’Emouchine et bien d’autres produits mais sans résultat !

    Merci A.Heim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.