Le silphe poli

Les Silphidae sont majoritairement des insectes charognards, mais certains ont un régime alimentaire essentiellement constitué d’escargots. Ils sont à ranger parmi les alliés du jardinier.

Ablattaria laevigata (ex. Silpha laevigata) Fabricius, 1775

dsc00719

Ablattaria laevigata

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Coléoptère

Famille des Silphidae

ETYMOLOGIE :

Ablattaria avec un « a » privatif signifie « qui n’est pas une blatte » et laevigata veut dire « poli » dans le sens de lisse, ce silphe est l’un des seuls qui ne présente pas de côtes sur les élytres.

En anglais son nom est « coast snail beetle », le scarabée de l’escargot des côtes. En effet, sa présence en Grande Bretagne est limitée à la zone littorale où il se nourrit des Theba pisana.

franceville

le silphe poli

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 12 et 18 mm

Forme, allure : c’est un coléoptère entièrement noir lustré et de forme ovale. Le dessus (tête, pronotum, élytres) est fortement et finement ponctué. La tête est étroite et allongée mais en partie recouverte par le pronotum, elle porte de fortes mandibules. Le pronotum est dit « semi-elliptique », arrondi vers l’avant et en forme de cape. Les élytres ne présentent pas de côtes longitudinales visibles, ce constitue l’un des principaux critères de détermination de l’espèce.

Coloration : entièrement noir.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

ablattaria-laevigata

Ablattaria laevigata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est présente dans toute l’Europe et le Moyen Orient. Elle est répandue mais pas très commune.

HABITAT : sa présence est avant liée à la présence de ses proies favorites, les escargots. On le trouve par conséquent dans les champs, les lisières, les haies, les jardins. Mais également les dunes où il se nourrit de l’escargot des dunes qui y est abondant.

merville

le silphe poli

PÉRIODE D’OBSERVATION : principalement de mai à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : les Silphidae sont avant tout des charognards et Ablattaria laevigata se nourrit en partie de cadavres, mais contrairement aux Necrophorinae, il ne les enterre pas. Son régime favori est constitué par les escargots qu’il mord au niveau du pied pour le faire se rétracter dans sa coquille où il est bloqué et consommé.

Reproduction : les Coléoptères sont dits « holométaboles », ce sont des insectes à métamorphose complète, dont la larve ne ressemble pas à l’imago. Elle est aplatie, avec des articles bien visibles, de type onisciforme (rappelant les cloportes). Elle se nourrit également d’escargots.

dsc03394

larve de Ablattaria laevigata

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé. (sous le nom Silpha laevigata).

Du Chatenet, 1986. Guide des Coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave. (sous le nom S.(Ablattaria) laevigata)

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *