L’empuse

L’empuse ressemble à la mante religieuse dont elle est très proche sur le plan phylogénétique. Elle s’en distingue par une sorte de casque pointu entre les antennes et le premier segment du thorax qui est presque aussi long que le reste du corps. Autre détail qui les distingue, la femelle ne dévore pas le mâle lors de l’accouplement.

Empusa pennata Thunberg,1815

Le diablotin (larve)

 

Empusa pennata

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Dictyoptère

Famille des Empusidae

ETYMOLOGIE :

Le nom de genre Empusa, vient d’un mot grec qui signifie « fantôme ». Le nom d’espèce pennata , veut dire « qui a des pointes ».

En anglais, son nom est « cone head mantis », la mante à tête conique.

Empusa pennata

DESCRIPTION :

Taille : elle mesure entre 47 et 67 mm. Les mâles sont plus petits que les femelles.

Forme, allure : l’empuse ressemble beaucoup à la mante religieuse, mais le premier segment thoracique est plus long. Elle s’en distingue également par une protubérance sur la tête en forme de mitre. Une troisième particularité réside dans la présence de lobes latéraux sur les segments abdominaux. Les fémurs 2 et 3 portent également des lobes latéraux. Les élytres sont le plus souvent verdâtres plus ou moins translucides, avec la base rose. Les femelles ont les antennes plus courtes que les mâles, chez lesquels elles sont bipectinées.

Coloration : verdâtre, très homochromique.

Comportement : c’est une espèce qui est surtout active la nuit. Elle est attirée par la lumière. Les mâles volent très bien.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Empusa pennata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce méditerranéenne, présente de la péninsule ibérique jusqu’à la Croatie. En France, elle remonte jusqu’au sud du Massif Central, et à l’ouest jusqu’aux Charentes. Elle est aussi présente en Afrique du Nord.

HABITAT : cette espèce habite des endroits secs où elle reste dans la végétation basse. Il faut la chercher dans des friches, dans la garrigue ou le maquis.

 

l’empuse

PÉRIODE D’OBSERVATION : on rencontre les imagos d’avril-mai à juillet.

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est un insecte prédateur qui se nourrit de petits insectes, principalement des diptères, qu’elle capture à l’affut, comme la mante religieuse, avec ses pattes antérieures ravisseuses.

mâle de l’empuse à gauche, femelle à droite

Reproduction : à la différence de la mante religieuse, la femelle ne dévore pas le mâle au moment de l’accouplement. La femelle pond sur une tige une douzaine d’œufs protégés dans une oothèque, celle-ci est plus petite que celle de la mante religieuse (environ 1 cm de long). Une autre différence concerne la diapause hivernale, l’empuse hiverne au stade larvaire. Les larves d’empuse sont assez différentes des imagos, avec l’abdomen recourbé. On leur a donné le nom vernaculaire de « diablotins ».

le diablotin ,larve de l’empuse

 

larve d’Empusa pennata

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Le Guellec, 2008. Insectes de Méditerranée. Arachnides et Myriapodes. Edisud.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.