L’épeire concombre

Son nom lui vient de la couleur verte de son abdomen. On la rencontre très fréquemment sur des buissons ou des arbustes, près de sa toile qui tient à l’intérieur d’une feuille.

Araniella cucurbitina

L’épeire courge

SONY DSC

Araniella cucurbitina

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Arachnide, Araneae

Famille des Araneidae

DSC04540

l’épeire concombre ne craint pas d’attaquer des proies plus grosses qu’elle

ETYMOLOGIE :

Araniella = petite araignée, et cucurbitina = courge.

Son nom en anglais est « cucumber green orb spider ».

DESCRIPTION :

Taille : le mâle mesure entre 3,5 et 4,5 mm, la femelle entre 4,5 et 8,5 mm. (On donne toujours pour les araignées la dimension du corps sans les pattes).

Forme, allure : ce qui caractérise cette araignée c’est la couleur vert tendre de son opisthosome (abdomen). Celui-ci porte aussi des points noirs, 3 ou 4 paires centrales et 4 autres sur chaque coté. En vue ventrale, on peut voir une tache rouge au-dessus des filières. Le céphalothorax est roux, parfois brun-jaune, avec les bords latéraux noirs chez le mâle. Les pattes sont rousses.

Sans titre

position des yeux chez les Araneidae

Coloration : vert tendre et roux.

Comportement : l’épeire concombre tisse sa toile orbiculaire à l’intérieur d’une feuille d’un arbuste feuillu. C’est une toile d’assez petite taille (10 cm maximum) située entre 1 et 2 m de hauteur. La femelle est postée sous la toile.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

Araniella cucurbitina

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce commune. Elle est présente dans toute l’Europe, et dans toute la France.

HABITAT : on rencontre cette araignée dans de nombreux milieux, lisières de forêt, bords de chemins, prairies, landes.

DSC02384

l’épeire concombre

PÉRIODE D’OBSERVATION : on peut voir les adultes de mai à août.

BIOLOGIE :

Alimentation : comme toutes les araignées, cette espèce chasse des proies vivantes. Elle les capture dans sa toile et peut s’attaquer à des insectes bien plus gros qu’elle.

Reproduction : la reproduction est annuelle, les mâles sont visibles de mars à juillet et les femelles de mai à septembre. Les pontes s’échelonnent de juin à septembre. Les femelles pondent entre 30 et 70 œufs dans un cocon de soie, à plusieurs reprises. Elles meurent après la ponte. Les jeunes éclosent avant l’hiver.

REMARQUES : il y a plusieurs espèces très proches : Araniella cucurbitina, A.opisthographa, A.displicata, A.alvina, A.inconspicua.

DSC02394

Araniella cucurbitina

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Bellmann, 2014. Guide photo des araignées et arachnides d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Canard et Rollard, 2015. A la découverte des araignées. Dunod.

Perrier, 1929. La Faune de France Illustrée, tome II, Arachnides et Crustacés. Delagrave. (sous le nom Araneus cucurbitinus).

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

La Hulotte

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Eurospiders.com  http://www.eurospiders.com/

Les Araignées de Belgique et de France

Araneae – Spiders of Europe 

Carte des observations des Arachnides d’Allemagne

British spiders

Spiders of North-West Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *