Le maure

C’est l’une de nos plus grandes noctuelles, et c’est loin d’être une rareté, mais son comportement lucifuge la rend discrète. Ses déplacements nocturnes ne passent pas inaperçus pour les chauves-souris qui s’en régalent, ne laissant que les ailes.

Mormo maura Linnaeus,1758 (anciennement Mania maura, Linnaeus,1758)

La lichénée des ponts

Le crapaud

Mormo maura

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Lépidoptère, Hétérocère

Famille des Noctuidae

ETYMOLOGIE :

Son ancien nom de genre, Mania, et l’actuel, Mormo, désignent respectivement en latin et en grec un personnage féminin, une sorte de fée malfaisante, habillée de sombre et qui effrayait les enfants. Ce papillon au repos peut évoquer une jupe noire.

maura veut dire « maure », et fait référence à la couleur noire, comme dans le nom vernaculaire le plus utilisé.

La « lichénée des ponts » fait par contre référence à son comportement, c’est une espèce très lucifuge qui se réfugie souvent le jour sous les ponts.

Les anglais, considérant que la forme et les motifs des ailes évoquaient les châles des personnes âgées l’ont baptisée « old lady », la vieille dame.

le maure

DESCRIPTION :

Taille : c’est une des grandes noctuelles avec une envergure comprise entre 55 et 65 mm. Posé, il mesure environ 40 mm de long et aussi 40 mm dans sa plus grande largeur.

Forme, allure : C’est une noctuelle dont les ailes au repos sont en triangle, les ailes antérieures recouvrant totalement les ailes postérieures. Les ailes antérieures sont gris foncé à brun foncé avec des taches noires irrégulières. Une bande plus claire et plus ou moins large se situe au tiers de l’aile antérieure. L’aile postérieure est brun sombre, avec une large bande transversale encore plus foncée et bordée de clair.

Coloration : brun foncé à brun noir, gris brun plus ou moins sombre. Certains individus sont à dominante brun foncé, d’autres tirent sur le gris foncé.

Comportement : c’est une espèce qui est attirée par les pièges à lampe UV, mais qui s’avère extrêmement lucifuge, dès que le jour se lève elle se réfugie dans des endroits sombres. Dans la nature, elle passe le jour dans des grottes, des caves, sous les ponts, dans des cavités.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Mormo maura

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce que l’on rencontre en Europe centrale et méridionale. Elle est présente et commune dans la France entière, bien que discrète en raison de son comportement durant le jour.

HABITAT : le maure apprécie les milieux ouverts avec des arbres et la proximité de l’eau. On la trouve dans les parcs et les jardins, dans les bocages.

PÉRIODE D’OBSERVATION : il vole de juin à août-septembre.

la lichénée des ponts

BIOLOGIE :

Alimentation : les imagos se nourrissent de substances sucrées comme les écoulements de sève ou le miellat. De ce fait, ils sont attirés par les miellées, mélanges de miel et de bière dont on badigeonne les troncs pour attirer les Hétérocères. Les chenilles sont particulièrement polyphages : aulne, frêne, prunellier, aubépine, bouleau, peupliers, saules, stellaire, lamiers, plantain, rumex, pissenlit.

Reproduction : il n’y a qu’une génération par an. La ponte a lieu en juillet-août. Les chenilles éclosent en septembre elles sont brun-gris avec une strie transversale et dorsale au niveau du segment 11 et des stries latérales obliques de teinte claire. Elles atteignent jusqu’à 70 mm en fin de développement. Elles se nourrissent d’abord de plantes basses, comme les orties. Elles hivernent puis se nourrissent des nouvelles feuilles de nombreux arbres. Elles sont strictement nocturnes et se cachent durant le jour. La nymphose a lieu fin juin, et l’émergence des imagos en juillet-août, sur le sol ou à faible profondeur, dans un cocon de soie et de terre.

Mormo maura

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Nature Spot Leicestershire and Rutland

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Lepertel & Quinette, 2016. Atlas des papillons de nuit de Basse-Normandie et des Iles Anglo-Normandes. Les noctuelles. GRETIA.

Martiré, Merlier & Turlin, 2016. Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites. Belin.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Orhant et Wambeke, 2010. Atlas des papillons de nuit du Nord-Pas de Calais. GDEAM.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave. (sous le nom Mania maura).

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français 

European Lepidoptera and their ecology 

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths

The moths of Hampshire and the Isle of Wight

Northumberland moths

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *