Eriothrix rufomaculatus (la mouche des chenilles à taches rouges)

Eriothrix rufomaculatus De Geer,1776

Cette tachinaire n’ayant pas de nom vernaculaire en français ni en anglais, nous proposons entre parenthèses la traduction littérale de son nom vernaculaire en allemand. C’est en effet une espèce dont les larves sont endoparasites de chenilles

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Diptère, Brachycère

Famille des Tachinidae.

Eriothrix rufomaculatus

DESCRIPTION :

Taille : elle mesure entre 6 et 9 mm

Forme, allure : c’est une mouche assez élancée et comme toutes les tachinaires elle est dotée de longues soies dressées à l’extrémité de l’abdomen. L’abdomen est noir avec deux larges taches latérales rouges sur les tergites 2 à 4. Le thorax est gris avec des raies longitudinales noires. La face est blanche et le péristome fait saillie entre les soies faciales. L’arista est renflée sur son tiers basal. Le bord de l’aile porte une épine et la cellule R3 est pétiolée ou fermée. Les yeux sont velus. Les pattes sont noires.

Coloration : noir et rouge.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Eriothrix rufomaculatus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce a une très large aire de répartition de l’Europe de l’ouest jusqu’en Extrême Orient. C’est une espèce commune.

HABITAT : on la trouve dans toutes sortes de milieux ouverts.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de juin à octobre, mais plus fréquente entre mi-juillet et fin août.

Eriothrix rufomaculatus

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent les fleurs et se nourrissent de pollen et de nectar. Les larves sont endoparasites de chenilles (voir ci-dessous).

Eriothrix rufomaculatus

Reproduction : les femelles pondent sur des chenilles dont les larves sont endoparasites. Ce sont principalement des chenilles d’un Crambidae Chrysoteuchia culmella. L’éclosion est très rapide et la chenille perfore la cuticule de la chenille dont elle dévore d’abord les tissus adipeux sans la tuer, elle s’attaque ensuite aux organes vitaux juste avant de se nymphoser.

Eriothrix rufomaculatus

OBSERVATION PERSONNELLE : c’est une espèce familière de mon jardin normand, elle apparaît chaque année à la mi-juillet sur mes marguerites.

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

RÉFÉRENCES SUR LES DIPTÈRES :

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES DIPTÈRES :

Diptera.info (UK – en anglais)

Fly names (Belgique – en anglais)

Tachinid Recording Scheme (UK – en anglais)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.