La mélitée des centaurées

C’est la troisième mélitée que nous proposons sur le site, et à cause de sa variabilité ce n’est pas la plus facile à déterminer. Elle fréquente une bonne moitié sud de la France mais a aussi été observée en Bretagne. C’est une espèce thermophile qui apprécie les endroits secs et ensoleillés.

Melitaea phoebe Denis & Schiffermüller,1775

Le grand damier

Melitaea phoebe

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Lépidoptère Rhopalocère

Famille des Nymphalidae

ETYMOLOGIE (d’après J.Y.Cordier, Atlas des papillons diurnes de Bretagne) :

Le nom de genre Melitaea est du à Fabricius, élève de Linné, et qui respecte l’usage de celui-ci de donner aux papillons de jour des noms empruntés à la mythologie grecque. Les noms de genres proposés par Fabricius pour les papillons diurnes sont tous inspirés par Vénus et son entourage. Ainsi, bien que le terme Melitaea ait prêté à controverse, il fait vraisemblablement référence à la Néréide Mélité. Le nom d’espèce phoebe a été proposé par Denis et Schiffermüller, c’est un des qualificatifs de Diane Artemis.

Bien qu’elle ne soit pas présente en Grande Bretagne, elle a un nom en anglais : « knapweed fritillary ». Le terme « fritillary » désigne les papillons appelés damiers en français, et « knapweed » est la centaurée.

la mélittée des centaurées

DESCRIPTION :

Taille : l’envergure est comprise entre 32 et 42 mm

Forme, allure : Cette espèce n’est pas toujours facile à identifier car elle présente une forte variabilité, et en particulier pour les femelles. La mélitée des centaurées fait partie des papillons que l’on surnomme les damiers. La coloration de fond est ocre-jaune avec des taches orangées bordées de noir formant des alignements, ce qui donne un aspect réticulé. Sur le dessus de l’aile antérieure, un dessin noir en forme de 8 est caractéristique, et on peut observer une lunule ocre plus grande que les autres ainsi qu’une lunule noire également plus grande. Le bord externe de l’aile antérieure est légèrement concave. Les 4 ailes ont une marge noire. Le dessous de l’aile postérieure présente de gros points rouge-orange, également caractéristiques.

Coloration : ocre jaune à orangé avec des marques noires.

Comportement : c’est une espèce thermophile.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Melitaea phoebe

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

Cette espèce est présente dans une grande partie de l’Europe méridionale et centrale. Son aire de répartition s’étend vers l’est jusqu’en Asie centrale et même au nord de la Chine, et vers le sud jusqu’en Afrique du nord. En France, elle est absente dans le tiers nord et la Corse.

C’est une espèce protégée en Ile de France, elle est considérée comme potentiellement menacée et espèce déterminante pour les ZNIEFF.

HABITAT : c’est une espèce de prairies sèches et de friches avec des arbres à proximité.

Melitaea phoebe

PÉRIODE D’OBSERVATION : avril à juin, puis fin juillet à fin août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les chenilles se développent sur les centaurées mais également sur le plantain, les chardons, les cirses.

Reproduction : il y a deux générations par an qui ne se chevauchent pas (voir « période d’observation »). Les chenilles à l’éclosion vivent en communauté dans une toile de soie, puis se séparent à la première mue. Elles hivernent au dernier stade où elles atteignent 30 mm. Elles sont gris foncé avec des points blancs et une bande latérale rouge et portent des épines orangées. La nymphose se déroule à proximité du sol.

la mélittée des centaurées

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Buord & al., 2017. Atlas des papillons diurnes de Bretagne. Bretagne Vivante. Locus Solus.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Lafranchis T.2016. Papillons de France. Guide de détermination des papillons diurnes. Diatheo.

Martiré, Merlier & Turlin, 2016. Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites. Belin.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Lepiforum (Allemagne – en allemand)

Butterflies and moths of Switzerland (Suisse – en allemand)

Pyrgus. European Lepidoptera and their ecology (Suisse – en anglais et en allemand)

Moths and Butterflies of Europe and North Africa (Italie – en anglais et en français)

Eurobutterflies (USA – en anglais)

European Lepidopteres (France – en Français)

Lépi Net (France – en français)

Butterflies of France (France – en anglais )

Papillons de France (France – en français)

Papillons de Poitou-Charentes (France – en français)  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.