La tétragnathe étirée

On la découvre immanquablement dans les herbes à proximité de l’eau, toute allongée et immobile. Elle utilise une toile pour capturer ses proies, reconnaissable à son centre sans spires.

Tetragnatha extensa/Montana

Les deux espèces Tetragnatha extensa et Tetragnatha montana ne peuvent se distinguer sur des photographies qu’en vue ventrale par la couleur de leur sternum.

Tetragnatha extensa

Tetragnatha extensa

La tétragnathe étendue, la tétragnathe allongée

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide, Aranéide

Famille des Tetragnathidae

ETYMOLOGIE : Tetragnatha = à 4 mâchoires (chélicères + pédipalpes) et extensa = étendu

Les anglais la nomment « Common long jawed orb weaver spider », que l’on peut traduire par « araignée commune à toile orbiculaire et à longues machoires ».

DESCRIPTION :

Taille : le mâle mesure entre 6 et 9 mm, la femelle entre 7 et 12 mm. (chez les araignées, la longueur du corps se mesure sans les pattes).

Forme, allure : la tétragnathe est une araignée au corps particulièrement allongé et étroit, avec de longues pattes, la troisième paire étant la plus courte. Le céphalothorax est brun-jaune à brun-roux. L’abdomen (opisthosome) est jaunâtre ou verdâtre, à l’aspect nacré, avec dorsalement une ligne plus sombre ramifiée.

Coloration : brun jaunâtre, roux.

Comportement : elle tisse une toile horizontale dont le centre est sans spires (« centre troué »).

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce commune, présente dans toute l’Europe et dans la France entière.

HABITAT : la tétragnathe se rencontre sur les berges de cours d’eau, toujours à proximité de l’eau.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

la tétragnathe étirée

la tétragnathe étirée

BIOLOGIE :

Alimentation : elle se nourrit des petits insectes volant à proximité des cours d’eau.

Reproduction : l’accouplement a lieu en juin. Pour ne pas se faire dévorer, le mâle tient les chélicères de la femelle. La femelle pond ses œufs dans un cocon qui ressemble à une fiente d’oiseau ou une tache de moisissure.

REMARQUES :

La tétragnathe ne se précipite pas sur les moucherons qui se prennent dans sa toile, à la différence des autres espèces d’araignées. C’est en réparant la toile qu’elle consomme en même temps les fils endommagés et les proies qui s’y sont engluées.

Tetragnatha extensa

Tetragnatha extensa

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Bellmann, 2014. Guide photo des araignées et arachnides d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1929. La Faune de France Illustrée, tome II, Arachnides et Crustacés. Delagrave.

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

Araneae – Spiders of Europe

Carte des observations des Arachnides d’Allemagne

Société Européenne d’Arachnologie

Les araignées d’Occitanie

British spiders

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.