Fiches liées au terme curculionidé


Le cercéris des sables

Les cercéris sont des guêpes fouisseuses spécialisées dans la capture de charançons. Les femelles les paralysent par une piqure, puis les enterrent avec leur œuf. La larve à l’éclosion aura à sa disposition de la nourriture encore fraiche.

Cerceris arenaria

Cerceris arenaria

Cerceris arenaria

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Hyménoptère, Apocrite

Famille des Crabronidae

ETYMOLOGIE :

Cerceris est le nom latin d’un oiseau (?), et arenaria = du sable.

En anglais, son nom est « sand tailed digger » : qui creuse le sable avec sa queue (pygidium).

DESCRIPTION :

Taille : entre 11 et 15 mm, c’est la plus grande espèce du genre Cerceris. Les femelles sont plus grandes que les mâles.

Forme, allure : les cercéris ont une allure de guêpe jaune et noire, mais leurs ailes ne sont pas repliées au repos dans le sens de la longueur. Elles sont étalées et souvent dressées pour permettre un envol rapide, elles ont les cellules cubitales 2 et 3 sont pétiolées. On reconnaît rapidement les cercéris aux constrictions de leur abdomen au niveau de la jonction entre les segments, ce qui donne un aspect « boudiné ». Le tégument apparaît épais et ponctué. Chez le cercéris des sables, la face (clypeus) est jaune, le reste de la tête est noir. Les antennes sont noires avec la base du flagelle plus claire. Le thorax est noir avec des taches jaunes et l’abdomen noir avec une bande jaune transversale à chaque segment, celle du tergite 2 est la plus large, et elle est échancrée au milieu. A l’extrémité de l’abdomen, le pygidium apparaît nettement aplati, il sert à creuser le sable. Les pattes sont jaunes et noires.

Coloration : jaune et noir

Comportement : les Crabronidae sont des guêpes fouisseuses, proches des Sphecidae. La femelle capture des insectes qu’elle paralyse en piquant leurs centres nerveux, qu’elle enterre et sur lesquels elle pond.

Les nids sont généralement regroupés en « bourgades ».

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cerceris arenaria

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce répandue, présente dans la France entière et dans une grande partie de l’Europe.

HABITAT : zones dégagées, bien exposées et avec un sol meuble.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

le cercéris des sables

le cercéris des sables

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves se nourrissent des charançons capturés et paralysés par la femelle. Les adultes consomment du pollen et du nectar.

Reproduction : la femelle creuse une galerie qui émerge à la surface sous la forme d’un petit volcan. Elle capture spécifiquement des Coléoptères Curculionidae qu’elle transporte en vol jusqu’au nid.

REMARQUES : J.H.Fabre a consacré plusieurs chapitres du premier tome de ses « Souvenirs Entomologique » aux cercéris.

Cerceris arenaria

Cerceris arenaria

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Paulian, 1971. Atlas des larves d’insectes de France. Boubée.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Bellmann, 1999. Guide des Abeilles, Bourdons, Guêpes et Fourmis d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Berland, 1976. Hyménoptères de France, tome I. Atlas d’entomologie. Boubée.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave.

Zahradnik, 1991. Guide des Abeilles, Guêpes et Fourmis. Les Hyménoptères d’Europe. Hatier.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Eakringbirds

BWARS (Bees, Wasps and Ants Recording Society)

Le charançon du noisetier

Ce petit charançon ne peut être confondu à aucun autre. Sa couleur rouge vif et son cou allongé sont uniques. Secouer les branches de noisetier est le meilleur moyen de faire sa connaissance.

Apoderus coryli

L’apodère du noisetier

Apoderus coryli

Apoderus coryli

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Attelabidae

ETYMOLOGIE : Apoderus = cou séparé, et coryli = du noisetier

le charançon du noisetier

le charançon du noisetier

DESCRIPTION :

Taille : 6 à 8 mm

Forme, allure : Les élytres sont rouge vif et brillant. Ils sont striés longitudinalement de petits points. Le pronotum est également rouge,  avec une tache centrale noire. La tête est particulièrement allongée avec une sorte de cou, et elle est noire brillant, comme les pattes.

Coloration : rouge vif, et noir

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : toute l’Europe, Asie. Espèce commune.

HABITAT : zones boisées, associé aux noisetiers.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

Apoderus coryli

Apoderus coryli

BIOLOGIE :

Alimentation : se trouve sur divers végétaux, mais le noisetier particulièrement.

Reproduction : Les adultes hibernent dans le sol. La femelle découpe la moitié d’une feuille et l’enroule pour former une sorte de cornet où elle pond environ 5 œufs. Ces rouleaux jaunissent plus vite que les feuilles saines et se remarquent aisément.

REMARQUES :

l'apodère du noisetier

l’apodère du noisetier

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland 

The Coleopterist

Watford Coleoptera Group

Le charançon couronné

Avec son rostre bien développé, on le reconnaît immédiatement comme un charançon (Curculionidae). De taille respectable pour cette famille, il est répandu et facile à identifier.

Liparus coronatus

Liparus coronatus

Liparus coronatus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Curculionidae.

ETYMOLOGIE : Liparus : brillant de graisse, et coronatus = couronné.

DESCRIPTION :

Taille : 8 à 15 mm

Forme, allure : charançon assez globuleux, de couleur noire avec deux points jaunes de chaque coté du pronotum dont toute la marge basale est également jaune. Cette couleur est due à de petites écailles (squamules) qui partent au frottement. Le rostre est bien développé, et courbé vers le bas. Les antennes coudées sont fixées à l’extrémité du rostre. La tête et le pronotum sont finement ponctués, les élytres plus grossièrement.

Coloration : noir et jaune.

Comportement : se rencontre fréquemment sur les ombellifères, bien que son régime soit assez éclectique.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il s’agit d’une espèce commune, présente dans la France entière.

HABITAT : champs, bords de chemin, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

Le charançon couronné

Le charançon couronné

BIOLOGIE :

Alimentation : phytophage

Reproduction : les larves se développent dans les racines de plantes basses, assez variées.

REMARQUES :

Liparus coronatus

Liparus coronatus

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.  (sous le nom Molytes coronatus).

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Coléoptères de Tchèquie 

The beetle fauna of Germany 

Le charançon du lierre

Son rostre signe son appartenance aux charançons. Dépassant le centimètre, il fait partie des plus grands.

Liophloeus tessulatus

Le charançon mosaïque

charançon du lierre

charançon du lierre

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Curculionidae

ETYMOLOGIE : Liophloeus = écorce lisse et tessulatus =marqueté

DESCRIPTION :

Taille : c’est l’un des plus grands représentants des Polydrusini, il atteint 13 mm.

Forme, allure : Charançon trapu, assez rond, avec les élytres striés longitudinalement. Rostre assez court. Les antennes sont insérées dans des fossettes latérales du rostre que l’on appelle les scrobes.

Coloration : gris brun, avec de nombreuses taches plus claires et plus sombres formant une sorte de damier. Mais la coloration est variable selon les individus.

Comportement : lorsqu’il est inquiété, il se laisse tomber et fait le mort (catalepsie), immobile sur le dos.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Liophloeus tessulatus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : toute l’Europe

HABITAT :

Liophloeus tessulatus

Liophloeus tessulatus

PÉRIODE D’OBSERVATION : émergence des imagos en avril-mai.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de feuilles (phyllophages), de lierre en particulier, et les larves de racines d’ombellifères, dont la grande berce fréquemment.

Reproduction : c’est la larve qui hiverne dans le sol.

REMARQUES :

charançon du lierre

charançon du lierre

RÉFÉRENCES :

L’Argiope n°54-55 (Automne 2006-Hiver 2007) – Manche Nature.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

Le Monde des Insectes : 

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Le charançon de l’iris des marais

Celui-la m’a donné un peu de fil à retordre car il existe sous deux formes différentes, l’une sombre et l’autre brune avec des rayures.

Mononychus punctum-album

Mononychus punctum-album (forme pseudo-acori)

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Coléoptère

Famille des Curculionidae

ETYMOLOGIE : « Mononychus » signifie qu’il n’a qu’un seul ongle (c’est généralement deux) aux extrémités des tarses, « punctum-album » désigne le point blanc au niveau de la jonction des élytres et « pseudoacori » fait allusion à l’iris des marais ou iris pseudo-acore.

DESCRIPTION :

Taille : Ce petit charançon ne dépasse pas les 4 mm

Forme, allure : il est de forme ovale, et toute proportion gardée, son rostre est assez long et puissant

Coloration : il existe deux formes. La forme « punctum-album » est de coloration brun-noir avec des poils jaunes sur les cotés du corselet, il y a également du jaune sur le rostre et le dessus de la tête. La forme « pseudoacori » est brun plus clair et rayée. Les pattes sont foncées et les antennes rousses.

Comportement : les deux formes peuvent co-exister sur une même station

Mononychus punctum-album (forme punctum-album)

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le charançon de l’iris des marais est présent dans toute la France, et assez commun, mais bien entendu, dans les marais où poussent les iris.

charançon de l’iris des marais

HABITAT : se rencontre sur les iris  des marais ou iris pseudo-acore

PÉRIODE D’OBSERVATION :

BIOLOGIE :

Alimentation : la larve mange les graines des iris

Reproduction : Vers mai-juin, les femelles pondent leurs œufs dans les sortes de gousses de l’iris des marais, après avoir perforé la gaine avec son rostre. La larve se développe en mangeant les graines, et elle émerge en août-septembre.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1932, Faune de France tome 6, Coléoptères.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet     sur ce site une étude très détaillée !!!

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

The beetle fauna of Germany