Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

La processionnaire du pin

Chez cette espèce, la notoriété de la chenille dépasse largement celle de l’imago. Celui-ci est nocturne, discret et ne vit qu’un jour ou deux alors que la chenille a un cycle long et se remarque par ses longues processions de plusieurs centaines d’individus à la queue leu leu. Elle se signale aussi par les ravages qu’elle occasionne dans les pinèdes et par ses poils urticants qui peuvent s’avérer dangereux.

Thaumetopoea pityocampa Denis & Schiffermüller,1775

Imago de la processionnaire du pin. Accous (64) 16/08/2018.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Lépidoptère, Hétérocère

Famille des Notodontidae, sous-famille des Thaumetopoeaidae

L’imago de la processionnaire du pin est un papillon gris assez discret. Gijounet (81) 08/08/2020.

ETYMOLOGIE :

Selon R.Perrier, le nom de genre Thaumeopoea provient du grec θαυματος qui désigne un objet d’étonnement. Ce mot grec a donné en français les mots thaumaturge et thaumaturgie liés aux miracles dans la religion.

Le nom d’espèce pityocampa associe deux racines grecques signifiant « chenille des pins ».

Le nom anglais est « pine processionary ».

Le papillon de la processionnaire du pin est attiré par les lampes UV. Gijounet (81) 09/08/2020.

DESCRIPTION :

            Taille : l’imago a une envergure comprise entre 35 et 45 mm. Il est plus clair et un peu plus grand que celui de la processionnaire du chêne Thaumetopoea quercus auquel il ressemble beaucoup.

            Forme, allure : c’est un papillon qui ressemble à une noctuelle, avec les ailes en triangle au repos. Les ailes antérieures sont gris beige, avec des lignes transversales plus sombres. Les ailes postérieures sont blanchâtres avec une tache sombre le long de la marge postérieure. Les mâles ont des antennes pectinées, les femelles des antennes filiformes.

Le papillon de la processionnaire du pin est gris avec des lignes noires transversales. St Georges de Baroille (42) 25/07/2020.

            Coloration : gris

            Comportement : juste avant la nymphose, les chenilles suivent une femelle et entreprennent une procession où chacune d’entre elles place sa tête à l’extrémité du corps de celle qui la précède constituant ainsi une chaine de plusieurs centaines de chenilles.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Thaumatopoea pityocampa. Gijounet (81) 08/08/2020.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce répandue dans le sud de l’Europe. France, Péninsule ibérique, Italie, Grèce. Bulgarie, Turquie. En France, elle occupe une zone comprise au sud d’une ligne allant de Brest à la région lyonnaise en remontant jusqu’à la région parisienne. Elle est en nette expansion depuis plusieurs années, en partie à cause du réchauffement climatique mais également par le commerce du bois et des conifères. En effet, les systèmes racinaires des plants commercialisés peuvent abriter des stades nymphaux de la processionnaire du pin.

Imago de la processionnaire du pin. St Georges de Baroille (42) 27/07/2020.

HABITAT : ce papillon est inféodé aux plantations de pins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : l’imago a une durée de vie très courte, un jour ou deux, et se rencontre en juillet-août.

Imago de la processionnaire du pin. St Georges de Baroille (42) 31/07/2020.

BIOLOGIE :

            Alimentation : les chenilles se développent sur les différentes espèces de pins (Pinus sylvestris, P.nigra, P.pinaster), également et plus rarement sur les mélèzes ou sur d’autres résineux.

Chenilles de la processionnaire du pin. Vélieux (34) 18/04/2018.
Chenille de la processionnaire du pin. Vénieux (34) 18/04/2018.

            Reproduction : il n’y a qu’une génération par an. Les pontes se déroulent de juillet à septembre. La femelle pond entre 150 et 200 œufs sous forme de manchons autour d’une ou deux aiguilles de pin. L’éclosion a lieu au bout de 5 à 6 semaines. Les chenilles au premier stade mesurent 3 mm, et au stade final, le cinquième, elles atteignent 50 mm. Les chenilles nouvellement écloses restent groupées dans un nid de soie qu’elles quittent la nuit pour aller se nourrir. Un fil de soie leur permet de retrouver le nid. Elles forment des processions lors des changements de nid quand la nourriture vient à manquer. Elles hivernent à la moitié de leur développement dans un « nid d’hiver » de forme sub-sphérique. Elles reprennent leur croissance entre janvier et mai et entament à leur dernier stade des processions de plusieurs centaines d’individus pour trouver un site ou s’enfouir et se nymphoser. Ce site peut se situer jusqu’à 40 m de nid de départ. Les chenilles en procession sont noires sur le dessus avec des poils roux dressés, grises dessous avec des poils gris sur les cotés.

Nid de chenilles de la processionnaire du pin. Vendres (34) 10/02/2021.

Cycle biologique (in France Chenilles).

  1. Emergence des imagos mâles et femelles – Accouplements
  2. Ponte
  3. Eclosion des chenilles
  4. Développement des chenilles
  5. Construction du « nid d’hiver »
  6. Processions vers le site de la nymphose. Enfouissement des chenilles.
  7. Nymphose
  8. Eclosion des imagos.

 

REMARQUES :

Les chenilles en fin de développement (à partir du troisième stade) ont des poils urticants qu’elles projettent pour se défendre. Ces micro-poils sont creux et se cassent dans l’organisme cible en libérant la toxine qu’ils renferment. C’est une protéine de haut poids moléculaire qui provoque de fortes réactions allergiques et anaphylactiques, des troubles respiratoires, des lésions oculaires.

Affiche de prévention contre la chenille de la processionnaire du pin. Pin le Haras (61).

Les chenilles processionnaires ont heureusement quelques prédateurs parmi les oiseaux. Les plus importantes sont les mésanges, mais la huppe, l’engoulevent et le coucou se nourrissent aussi des chenilles, à des stades différents.

document France Chenilles

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Laplanche & Corge, 2008. Papillons de Méditerranée. Edisud.

Martiré, Merlier & Turlin, 2016. Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites. Belin.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)  

Les pages entomologiques d’André Lequet (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Lepiforum (Allemagne – en allemand)

Lépi Net (France – en français)

Butterflies and moths of Switzerland (Suisse – en allemand)

Pyrgus. European Lepidoptera and their ecology (Suisse – en anglais et en allemand)

European Lepidopteres (France – en Français)

Papillons de France (France – en français) 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.