Fiches liées au terme syrphe


La chélosie éclairée

Comme de nombreux syrphidés, la chélosie éclairée est mimétique d’hyménoptère. Elle ressemble à une abeille ou un bourdon et on la rencontre avec d’autres butineurs sur les apiacées et tout spécialement sur la berce commune.

Cheilosia illustrata

Cheilosia illustrata

Cheilosia illustrata

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère Brachycère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE :

Cheilosia signifie « bouche à bords saillants » et illustrata veut dire éclairé, ou célèbre.

Cheilosia illustrata vue de face

Cheilosia illustrata vue de face

DESCRIPTION :

Taille : entre 8,5 et 10,5 mm

Forme, allure : ce syrphe a une allure de petit bourdon, avec le corps trapu et velu. Le thorax est noir ou roussâtre, le scutellum noir brillant avec de longs poils blancs. La base de l’abdomen est blanchâtre, et son extrémité est rousse. Les ailes sont tachées de noir. Les yeux sont nettement velus.

Coloration : noir, gris pâle et roux.

Comportement : fréquente les ombelles de la berce commune (Heracleum sphondylium).

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cheilosia illustrata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent dans la France entière et une grande partie de l’Europe.

HABITAT : bocage, bordures de chemins, lisières de bois (très associé à la présence de la berce commune).

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

la chélosie éclairée

la chélosie éclairée

BIOLOGIE :

Alimentation : cette espèce est très liée à la berce commune. Les adultes en butinent les fleurs, les larves minent les racines et la base des tiges.

Reproduction :

REMARQUES :

Cheilosia illustrata

Cheilosia illustrata

RÉFÉRENCES :

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave. (sous le nom Chilosia illustrata).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

Hoverflies recording scheme

 

La volucelle bourdon

De tous les Syrphidae, c’est sans doute celui qui ressemble le plus à un bourdon. Ce diptère existe même sous plusieurs formes qui imitent différentes espèces de bourdons.

Volucella bombylans

Volucella bombylans

Volucella bombylans

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère Brachycère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE :

Volucella signifie qui vole légèrement et rapidement, et bombylans signifie « bourdonnant »

DESCRIPTION :

Taille : taille comprise entre 11 et 15 mm

Forme, allure : la volucelle bourdon est une mouche de grande taille dont l’allure évoque immédiatement celle d’un bourdon. Le corps est recouvert d’une fourrure noire, avec l’extrémité de l’abdomen rouge-orange, pour la forme qui rappelle celle du bourdon des pierres. Il existe une autre forme de coloration rappelant le bourdon terrestre avec une large bande jaune sur le thorax et l’extrémité de l’abdomen blanche. La face est jaune et se prolonge vers l’avant. Les antennes, chez le genre Volucella ont une arista plumeuse, elles sont ici assez longues. Les ailes sont plus ou moins nettement tachées de noir.

Coloration : noir et rouge-orange (il existe des formes avec du jaune).

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Volucella bombylans

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce courante. Présent dans toute l’Europe.

HABITAT : prairies, bords de chemins, lisières de bois.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

la volucelle bourdon

la volucelle bourdon

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves se développent dans les nids d’hyménoptères, généralement des nids souterrains de bourdons, où elles consomment les larves mortes et les déchets. Les adultes butinent de nombreuses fleurs.

Reproduction

Volucella bombylans

Volucella bombylans

REMARQUES :

– chez toutes les espèces genre Volucella (sauf V.inflata), les larves vivent en parasites dans des nids d’hyménoptères sociaux, guêpes ou bourdons.

– il n’y a apparemment pas de lien entre l’aspect de cette volucelle et celui de l’espèce de bourdon que sa larve parasite.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

La syritte piaulante

Cette mouche fait partie de la grande famille des syrphes, noire et jaune elle est reconnaissable à ces fémurs élargis des pattes postérieures.

Syritta pipiens

Syritta pipians

Syritta pipians

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE : Syritta = de syrissa qui veut dire siffler, et pipiens = piaulante

DESCRIPTION :

Taille : 8 à 9 mm

Forme, allure : mouche fine, au thorax noir dessus, mais gris poudreux sur les cotés. Les segments abdominaux 2 et 3 ont une large bande jaune, le 4ème segment abdominal est noir brillant avec deux tâches jaunes aux bords antérieurs, et un liseré jaune au bord postérieur. Les fémurs de la troisième paire de pattes sont nettement élargis et munis de petites dents.

Coloration : noire et jaune

Comportement : souvent en très grande quantité sur les tas de fumier.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Syritta pipiens

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce commune, très large répartition.

HABITAT : bois, prairies, jardins.

la syritte piaulante

la syritte piaulante

PÉRIODE D’OBSERVATION : avril à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves se développent dans le crottin de cheval, les bouses de vache ou le compost. Les adultes butinent les fleurs.

Reproduction : les larves sont de type « queue de rat ».

REMARQUES :

Syritta pipiens

Syritta pipiens

RÉFÉRENCES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info 

Hoverflies recording scheme

 

La ferdinande dorée

C’est l’un des plus jolis syrphidés, avec de beaux reflets cuivrés et un thorax rayé.

Ferdinandea cuprea

Ferdinandea cuprea

Ferdinandea cuprea

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptères

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE : Ferdinandea = dédiée à Ferdinand, Duc de Parme, et cuprea = cuivrée.

la ferdinande dorée

la ferdinande dorée

DESCRIPTION :

Taille : 8 à 12 mm.

Forme, allure : mouche à l’abdomen cuivré, avec le thorax rayé noir et gris et avec les pattes jaunes. Le corps est aussi recouvert de pilosité dorée. Les ailes ont deux taches vers le milieu.

Coloration : cuivrée, aspect métallique.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

ferdinandea cuprea03

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : toute la France.

HABITAT : zones boisées.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mars à novembre

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent les fleurs (renoncules).

Reproduction : les larves se trouvent dans le bois mort en décomposition (chêne en particulier, souvent associée au cossus gâte-bois).

REMARQUES :

Ferdinandea cuprea

Ferdinandea cuprea

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info

Hoverflies recording scheme

 

Ferdinandea cuprea

 

 

ferdinande dorée

Le syrphe des corolles

Un très joli syrphe habitué de nos jardins. Le motif de son abdomen permet de le reconnaitre. Ses larves mangent les pucerons.

Eupeodes corollae (ex Metasyrphus corollae)

Eupeodes corollae

Eupeodes corollae

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Syrphidae

ETYMOLOGIE :

DESCRIPTION :

Taille : Il mesure entre 1 cm et 1,5 cm

Forme, allure

le syrphe des corolles

le syrphe des corolles

Coloration : Le syrphe des corolles est donc une mouche jaune et noire, l’abdomen noir présente 3 paires de lunules d’un jaune plus ou moins vif, plus larges chez le mâle que chez la femelle.

Comportement : il possède de remarquables capacités de vol. On peut le voir pratiquer le vol stationnaire au dessus des fleurs, mais aussi le vol rapide. L’espèce est considérée comme migratrice, les populations britanniques sont par exemple renforcées par des individus venant du continent.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Il est présent dans une grande partie de l’Europe, de l’Afrique du Nord et de l’Asie, et souvent très commun.

HABITAT : partout où il y a des fleurs : prairies, bords de chemins, lisières de forêts, parcs, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : L’adulte se rencontre de mars à novembre

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes recherchent les fleurs car ils se nourrissent de pollen et de nectar. Les larves des syrphidés ont des régimes alimentaires et des modes de vie variés. Celles du syrphe des corolles (syrphinés) sont prédatrices de pucerons. Elles ont l’aspect de petites sangsues qui rampent sur les végétaux à la recherche de leurs proies.

Reproduction : Les femelles pondent préférentiellement leurs œufs à proximité de colonies de pucerons. La voracité des larves a été estimée autour d’une centaine par jour, ce qui en fait un allié efficace pour le jardinier, même si l’apparition tardive des larves sur les plantes à pucerons ne permet pas leur éradication.  Les larves se nymphosent au bout de 8 à 14 jours, ce qui permet la succession de plusieurs générations par an.

Eupeodes corollae

Eupeodes corollae

REMARQUES : La plupart des syrphidés arborent une coloration noir et jaune qui leur fait ressembler à des insectes dangereux (guêpes et abeilles), alors qu’ils sont inoffensifs. Cette coloration mimétique leur apporte une relative protection contre certains prédateurs (mimétisme batésien).

RÉFÉRENCES :

Ball & Morris, 2013. Britain’s hoverflies. Princeton University Press.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave. (sous le nom Syrphus corollae)

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Syrphidae Europenses

Syrphidae Polski

Diptera Info